COMPRENDRE LE DEUIL

 

Notre expérience à vos côtés

 



COMPRENDRE, AIDER UN DEUIL, LES ENFANTS ET LE DEUIL



 

Le processus du deuil


Le mot "deuil" signifie douleur. Chaque deuil est différent selon chaque personne et chacun va à son rythme; nous distinguons habituellement (selon Elisabeth Kübler Ross; psychiatre) 5 étapes dans le déroulement du processus du deuil:

 

déni, révolte, négociation,

dépression, acceptation

 

1 - le déni et le sentiment de sidération qui accompagne le choc. C'est le refus de croire  ou d'admettre l'évènement; la réalité ne s'inscrit que très lentement; la tentation est là de chercher des faits, d'enquêter et de chercher un coupable.

reconnaître la perte n'est pas l'accepter; à la fin de cette étape la perte est reconnue comme définitive.

2 - la révolte et le sentiment de colère.

A cette étape, la douleur est vécue; il y a comme  un réservoir de souffrances à vider. C'est une phase où peuvent se produire des cris et des pleurs; la colère peut être tournée vers soi ou vers d'autres personnes; ne pouvant accepter, la personne cherche ceux qui aurait pu éviter ou s'accuse elle-même.

3 - la négociation, le marchandage.

A ce moment, il s'agit de reprendre l'initiative par l'action, en prenant des initiatives et des résolutions, par exemple en s'occupant des obsèques. 

4 - la dépression et le sentiment de tristesse.

Le sentiment d'impuissance domine; il y a un risque de repli sur soi-même. C'est le moment où chacun se retrouve seul après la phase sociale des obsèques; où l'on doit s'occuper des formalités; c'est une phase où il peut être utile de chercher du soutien auprès d'associations,de psychologues, de médecin, ou de groupe de parole.

5 - l'acceptation et le sentiment de paix.

Petit à petit, après une période d'adaptation, on reforme des projets, on retrouve un sens aux choses. Il ne s'agit pas de ne plus aimer ni d'oublier. Et aimer de nouveau n'est pas trahir. Le défunt prend une nouvelle place et la vie reprend la sienne.

 

Le pré-deuil


C'est la période qui se situe entre la réelle prise de conscience de l'issue fatale et le moment du décès. Cette prise de conscience génère beaucoup d'anxiété mais permet de se préparer et d'anticiper graduellement à la perte de la personne.

Ce temps permet des échanges, des clarifications, des partages alors que la personne est encore là. Ce peut être le temps de remerciements ou d'excuses, ou encore de partage de choses non dites au seing de la famille.

Le deuil d'un enfant

 

Le deuil après un suicide

 

Le deuil nous fait expérimenter des sentiments de colère, de tristesse ou d'incompréhension.

Ce sentiment d'incompréhension peut être encore plus fort dans le cas d'un décès par suicide. D'autres sentiments de culpabilité, de regret ou de honte peuvent être vécus. Il y a le besoin de comprendre.

Or, le suidice garde toujours  une part de mystère et d'incompréhensible; il serait vain de tenter de tout expliquer.

 

Des associations sont plus spécialement centrées sur l'accompagnement dans cette situation.

 

Aider un deuil 

 

L'étiquette du deuil 

 

Le décès d'un animal 


 

 



Les enfants et le deuil