REGIS & FILS

 

Une histoire de famille
au service des familles endeuillées.

 

 


 

 

 

Note sur la stèle qui inspira notre logo :

 

Stèle de Sénousret, chef du trésor

 

Département des Antiquités égyptiennes :

 

Les stèles funéraires égyptiennes comme celle-ci remplissent une importante fonction magico-religieuse. Il s'agit de recommander le défunt auprès du dieu, ici Osiris qui règne sur le monde des morts, pour qu'il puisse bénéficier des offrandes nécessaires à sa survie par l'intermédiaire du texte et de l'image. Les vivants ont un rôle à jouer : en lisant la stèle, ils activent les noms du défunt et des offrandes, pour assurer la continuité de la vie.

 

Le pèlerinage à Abydos

Au Moyen Empire, le dieu Osiris, roi des morts dont dépend la survie dans l'au-delà, acquiert une importance considérable. La ville qui lui est consacrée, Abydos, au nord de la Haute-Egypte, devient un haut lieu de pèlerinage. Les familles y implantaient une chapelle ou une stèle. Ces stèles sont ainsi connues en très grand nombre et permettent aux égyptologues de reconstituer des familles entières, ainsi que toute une classe de fonctionnaires fiers de leur statut. Ce monument représente à la fois le défunt et son repas indispensable à sa vie dans l'au-delà. Selon la mentalité des anciens Egyptiens, le verbe et l'image pouvaient en effet devenir réalité, et si la nourriture venait à manquer, sa représentation y suppléerait.

 

Une composition rigoureuse

Des critères de style comme la rigueur de la composition, si frappante après le relâchement de la Première Période Intermédiaire, permettent de la dater de la 12e dynastie. Elle est constituée d'un agencement de cadres rectangulaires rigoureux, caractéristiques de la période. Les deux premières lignes du registre supérieur sont occupées par une prière au dieu Osiris ; on y lit également les titres du personnage : "chancelier du roi de Basse-Egypte", "ami unique" (un titre de cour), "chef de la salle d'audience". La suite du texte, une troisième ligne et les quatre colonnes au-dessous, restituent des propos autobiographiques : "Je suis venu de ma ville et je suis descendu dans la nécropole ; j'avais fait ce qu'aimaient les hommes et ce qui plaisait aux dieux ; j'étais un sage, suivant le droit chemin, qui faisait fidèlement rapport à celui qui l'avait envoyé, j'ai accompli des missions royales et j'en ai été récompensé dans la salle d'audience..."

 

Un homme et sa table

La scène représente le défunt face à une table d'offrandes. Sénousret est sculpté en bas-relief se détachant sur un fond rectangulaire en creux. En position de marche, les bras incroyablement grands, rangés le long du corps, il affiche sa prospérité par quelques plis adipeux. Il porte un collier et un long pagne noué devant, qui remonte sur les reins en soulignant les formes du fessier. Son nom et l'un de ses titres, chef du trésor, sont placés devant lui, au niveau de sa tête, sur un vase cintré imitant la calcite ; la plupart des vases à onguent étaient réalisés dans ce matériau, reconnaissable comme ici par les fines veines de la pierre. L'accumulation de biens disposés au-dessus de la table, agencée à l'intérieur d'un espace rigoureusement rectangulaire, offre un résumé des différentes offrandes funéraires : le plateau porte la rituelle patte avant du boeuf, un canard, différents pains, des oignons, une laitue, des figues, ainsi que des fleurs de lotus dont certaines sont en bouton ; au pied du plateau, une sellette supporte des vases à libations et des jarres à bière.



 

 

 

..